Document sans titre
  Accueil
Javascript DHTML Drop Down Menu Powered by dhtml-menu-builder.com
 
A LA UNE
 
06/11/2019
Auteur
Source

Un projet international pour protéger la biodiversité franchit une nouvelle étape

Les espèces aquatiques envahissantes menacent la biodiversité marine, mais l'OMI mène un projet majeur, à l'échelle mondiale, pour lutter contre cette menace et trouver des solutions à ce problème. Ce projet vient de franchir deux jalons importants, puisque deux pays supplémentaires, soit l'Indonésie et le Mexique, ont formé leurs équipes spéciales nationales.

Le projet de partenariats GloFouling est une initiative conjointe du Fonds pour l'environnement mondial (FEM), du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et de l'OMI. Il permet à des pays en développement de lutter contre le transfert d'espèces aquatiques envahissantes causé par l'encrassement biologique, c'est-à-dire l'accumulation d'organismes aquatiques sur la coque des navires et d'autres structures maritimes.

L'OMI a men√© des ateliers en Indon√©sie et au Mexique au cours du mois d'octobre afin d'√©changer sur les aspects techniques de la probl√©matique de l'encrassement biologique et sur les modalit√©s institutionnelles mises en place par ces pays afin de prendre part au projet GloFouling. Ces ateliers ont r√©uni les nombreux intervenants qui joueront un r√īle dans les √©quipes sp√©ciales nationales : en plus des autorit√©s nationales en mati√®re d'affaires maritimes et d'environnement, les √©quipes sp√©ciales comprennent des repr√©sentants de l'industrie, des universit√©s et des √©tablissements de recherche. Lors de l'atelier, une vue d'ensemble des menaces pos√©es par les esp√®ces envahissantes et l'encrassement biologique a √©t√© pr√©sent√©e. Il a √©galement √©t√© question des cadres r√©glementaires existants et des √©l√©ments essentiels pour l'√©laboration de politiques nationales.

Le projet de partenariats GloFouling compte 12 principaux pays partenaires. De ce nombre, huit ont maintenant leurs √©quipes nationales sp√©ciales : en plus de l'Indon√©sie et le Mexique, c'est le cas du Br√©sil, des Fidji, de Madagascar, de Maurice, des Philippines et des Tonga. L'√Čquateur, la Jordanie, le P√©rou et le Sri Lanka doivent mettre en place leurs √©quipes nationales sp√©ciales au cours des prochains mois.

Pour le Mexique et l'Indonésie, la prochaine étape sera d'élaborer des rapports de base nationaux afin d'évaluer la situation actuelle en lien avec les espèces allogènes. Ce processus permettra d'identifier les résultats des travaux de recherche disponibles et les impacts économiques, en vue de prendre des décisions éclairées.

 
Document sans titre

Nous Rejoindre

John DOE
Métier
Poste
Structure

à participer au séminaire du xx/xx/xx portant sur ....

Les informations ( données, indicateurs et graphes) employés sur ce site n’impliquent n'impliquent pas l’Observatoire régional des transports maritimes, aucune prise de position. l’Observatoire régional des transports maritimes se dégage de toute responsabilité de l’utilisation qui pourra être faite de ces informations.