Document sans titre
  Accueil
Javascript DHTML Drop Down Menu Powered by dhtml-menu-builder.com
 
A LA UNE
 
LE 20/02/18 À 15H58
Auteur RICHARD HIAULT
Source https://www.lesechos.fr/20/02/2018/lesechos.fr/0301321553246_le-crime-coute-50-milliards-de-dollars-annuels-a-l-afrique-de-l-ouest.htm

Le crime co√Ľte 50 milliards de dollars annuels √† l'Afrique de l'Ouest

Selon l'Ocde, la Banque Mondiale et la Banque Africaine de Développement, les revenus d'origine criminelle des quinze Etats d'Afrique de l'Ouest représenteraient 3,6 % de leur PIB.
Trafic de drogue et d'êtres humains, contrefaçon, extraction illégale de matières premières, enlèvements contre rançon, piraterie maritime et cybercriminalité... La liste des affres dont souffrent les pays d'Afrique de l'Ouest est longue. Le rapport publié mardi à Paris par l'Organisation de Coopération et de Développement Economique (Ocde) mesure les enjeux colossaux que doivent relever les quinze pays d'Afrique de l'Ouest. Elaboré en collaboration notamment avec la Banque africaine de développement et la Banque mondiale, ce rapport analyse treize activités économies criminelles. Les résultats sont édifiants.


L'Afrique de l'Ouest perd chaque année 50 milliards de dollars. C'est largement plus que le volume total de l'Aide Publique au Développement (APD) accordée à l'Afrique. En 2016, l'APD octroyée à l'Afrique subsaharienne s'est élevée à 25,2 milliards de dollars. Les revenus d'origine criminelle dans ces pays représenteraient 3,6 % de leur PIB. Les revenus de la criminalité organisée transnationale résultant du trafic de drogue, de contrefaçons et de personnes ainsi que du détournement du pétrole totaliseraient 1,5 % du PIB.

La piraterie maritime s'étend
Les exemples ne manquent pas. L'Afrique de l'Ouest est devenu une zone de transit majeur pour la coca√Įne en provenance d'Am√©rique du sud. ¬ę La plupart des profits de ce trafic sont sans doute acquis dans cette r√©gion ¬Ľ, souligne le rapport. En 2004, le continent africain comptabilisait seulement 2 % des enl√®vements contre ran√ßon dans le monde. En 2015, le pourcentage atteint 13 %.


Sur le plan de la piraterie maritime, vers le milieu des ann√©es 2000, elle √©tait confin√©e au delta du Niger. ¬ę Au cours des derni√®res ann√©es, le nombre d'attaques maritimes a augment√© et leur zone g√©ographique s'est √©largie. En 2012, le Golfe de Guin√©e recensait un nombre plus important d'actes de piraterie que le golfe d'Aden ¬Ľ. Les co√Ľts engendr√©s ? Entre 565 millions et 2 milliards de dollars.

Le cybercrime en cause
Les arnaques, via internet, sur les avances de frais o√Ļ un myst√©rieux correspondant vous demande d'urgence des secours financiers se sont largement r√©pandues dans la r√©gion. En 2013, les pertes √©manant de ces arnaques s'√©levaient √† 12,7 milliards de dollars. La m√™me ann√©e, plus de 56 millions d'articles contrefaits ont √©t√© saisis au Togo, C√īte d'Ivoire, B√©nin et Nigeria pla√ßant ces Etats parmi les 15 pays les plus impliqu√©s dans les infractions aux droits de la propri√©t√© intellectuelle √† l'√©chelle mondiale.

Les pays riches appelés à collaborer
Chaque année, des montants astronomiques échappent aux radars des autorités et régulateurs économiques pour quitter l'Afrique en toute illégalité et se voir transférés en Europe ou ailleurs dans le monde. Il est urgent d'agir si la communauté internationale veut concrétiser d'ici à 2030 les Objectifs de Développement Durable. Pour l'heure, les auteurs du rapport constatent un manque de cohérence des politiques régionales en matière de régimes commerciaux et de systèmes judiciaires. Le crime en est d'autant plus favorisé. Les réponses à ce fléau relèvent de la responsabilité des acteurs du développement, souligne l'Ocde. En particulier les pays riches appelés à se concerter avec les pays Africains pour réduire, sinon éradiquer, le développement du crime.

 
Document sans titre

Nous Rejoindre

John DOE
Métier
Poste
Structure

à participer au séminaire du xx/xx/xx portant sur ....

Les informations ( données, indicateurs et graphes) employés sur ce site n’impliquent n'impliquent pas l’Observatoire régional des transports maritimes, aucune prise de position. l’Observatoire régional des transports maritimes se dégage de toute responsabilité de l’utilisation qui pourra être faite de ces informations.